Hicham El Moussaoui

Faut-il que le Maroc boycotte les sociétés et les produits suédois ?

Le 28 septembre dernier, les autorités marocaines ont annoncé la suspension de l’ouverture du magasin Ikea. Une décision justifiée officiellement par le fait que la marque suédoise n’est pas en possession des autorisations administratives nécessaires. Bien évidemment, il s’agit d’un prétexte puisque tous les indices semblent montrer qu’il s’agit d’une réaction par rapport à l’intention du Parti Social Démocrate au pouvoir de présenter un projet pour la reconnaissance du Polisario, ce qui porte atteinte a l’intégrité territoriale du Maroc. L’affaire d’abord politique a connu rapidement l’escalade puisque le Maroc, depuis le 1er septembre, boycotte les sociétés et les produits suédois. La décision marocaine est-elle sage ?

Maroc : il est temps de passer à l’impôt unique (flat tax)

En dépit des avancées résultant des réformes de sa fiscalité fin des années 80, le système fiscal au Maroc demeure caractérisé par sa lourdeur, son opacité, et son injustice. Les ajustements ultérieurs, opérés souvent à l’occasion des lois de finances, étaient conjoncturels et n’ont visiblement servi qu’à amplifier l’aléa fiscal et l’incertitude encourageant la fraude et l’évasion. Cela signifie une seule chose : il est temps de changer de paradigme pour une réforme aboutie de la fiscalité au Maroc. Mais vers quel système devrait-on converger?

Baisse de l’euro : quelles implications pour l’économie marocaine?

À fin mars, la monnaie européenne a atteint son niveau le plus bas face au dollar depuis 10 ans, soit 1,05 dollar. Cela signifie automatiquement une dépréciation de l’euro et une appréciation du dollar par rapport à la monnaie nationale marocaine (dirham). Quelles implications pour l’économie ?

Côte d’Ivoire : l’émergence économique ne se décrète pas

L’émergence des pays africains est devenue le leitmotiv des discours des politiciens africains, notamment en Côte d’ivoire. D’ailleurs, une Conférence internationale sur l’émergence en Afrique aura lieu du 18 au 20 mars 2015 à Abidjan. Si être ambitieux est tout à fait légitime, l’économie ivoirienne peut-elle devenir émergente d’ici 2020 ?

Crise des retraites au Maroc : l’État est le premier responsable !

Les caisses marocaines de retraites sont toutes en crise, en particulier la caisse marocaine de retraite (CMR), qui bientôt va être vide (2023), si aucune réforme n’est entreprise. Après une longue inertie, le gouvernement reconnait l’urgence de la réforme, et soutient que la problématique des retraites au Maroc est avant tout démographique et qu’il n’y est pour rien. Sauf que la retraite présente aussi des aspects économiques et institutionnels qui engagent clairement la responsabilité de l’État dans la crise actuelle.