Rwanda

Rwanda : la liberté de la presse est-elle vraiment restreinte?

Liberté de la presse au Rwanda

En 1994, un génocide a été commis contre la communauté tutsie du Rwanda. Près d'un million de personnes ont été tuées en environ 100 jours. Pendant ce temps, certains médias du pays ont trahi leurs citoyens. Les journalistes ont explicitement appelé à l'assassinat des Tutsis et ont révélé leurs lieux de cachettes. Les pires auteurs de ces «médias haineux» étaient la «Radio-télévision libre des mille collines» et le magazine «Kangura». Tous deux étaient parrainés ou dirigés par les responsables radicaux du parti hutu.

Peut-on résoudre le problème de la dépigmentation avec une loi?

Depuis novembre 2018, le gouvernement du Rwanda met en œuvre une politique de lutte contre la commercialisation et l'utilisation des produits de dépigmentation. Le recours aux produits cosmétiques pour éclaircir la peau est un phénomène généralisé en Afrique. Entre 25 et 77% de femmes sont concernées selon l'OMS. La méthode de descente dans les commerces aux fins de saisir les produits incriminés et la sensibilisation aux risques de santé encourus sont-elles efficaces?

Comment l’OIF a été instrumentalisée par la France?

Dès la fin de cette année, la canadienne Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie depuis 2014, cédera son fauteuil à la ministre des affaires étrangères rwandaise Louise Mushikiwabo. Cette dernière a été élue le 12 octobre 2018 lors du 17ème sommet de l’institution qui s’est déroulé à Erevan. Une élection qui a surpris plus d’un. Mais encore plus surprenant fut le soutien apporté par la France à la candidature de la ministre rwandaise. Alors pour beaucoup, l’OIF originellement un instrument de promotion culturelle, est devenu  un instrument politique aux mains de la France. Qu’en est-il vraiment ?

Rwanda : Faut-il sacrifier la liberté pour sauver la croissance ?

Depuis 2000, Paul Kagamé tient le pouvoir d'une main de fer. Fort de son leadership éclairé et de son bilan économique reluisant (7% de croissance au cours des 3 dernières années), l’homme fort du Rwanda, entend briguer un nouveau mandat, ce qui lui permettra, potentiellement, de rester au pouvoir jusqu'en 2034. L’intention de Kagamé de se représenter est soutenue par des partisans qui sont prêts à renoncer à l’alternance démocratique en échange de la croissance. Ce contrat social - croissance en échange de liberté - est-il viable ?

Paul Kagamé : « Le Rwanda avance sur le chemin de l’innovation »

Permettez-moi de partager quelques réflexions sur l'innovation en Afrique, en particulier la notre au Rwanda. La première question que nous devons nous poser est la suivante: avons-nous les bonnes politiques pour stimuler l'innovation ?

Quand on parle d'innovation, il est question de connaissance, de mentalité, d'utilisation de la technologie, et de faire les choses différemment dans le but de trouver des solutions aux problèmes de la vie quotidienne.