Liberté économique

Secteur informel au Maroc : arrêtons la chasse aux sorcières !

La dernière enquête du HCP (Haut Commissariat au Plan), publiée ce mois d’octobre, sur le secteur informel, a de nouveau confirmé, si besoin est, qu’avec près de 1,7 million d’unités de production hors agriculture, l’économie marocaine n’est pas prête de se moderniser. La faute à qui ? Au vilain petit canard de l’informel, répéteront en chœur les autorités publiques!

Comment démocratiser l’électricité en Côte d’Ivoire ?

Selon la commission Infrastructures et Travaux Publics du Cabinet d'Essy Amara (ex-candidat à la présidentielle) le taux de couverture en électricité de la Côte d’Ivoire est de  71%. Les autorités ivoiriennes, dans le but d’électrifier le reste du pays, depuis 2011, ont mis en place un programme visant à électrifier annuellement un minimum de 500 localités. Elles comptent aussi sur l’apport des énergies renouvelables pour atteindre leur objectif. Peuvent-elles y arriver sans la contribution de la société civile et du secteur privé ?

Cameroun : Spirale négative du contrôle des prix

Le 9 août 2016, en prélude à la rentrée scolaire 2016/2017, le ministre du commerce a rendu publique sa décision fixant les prix de vente des livres et manuels scolaires. Il s’agit d’un « prix plafond applicable de manière uniforme sur l’ensemble du territoire national » malgré la différence des prix de revient. Depuis 2008, des restrictions gouvernementales sur les prix du marché ont déjà été observées dans le commerce de l’huile de palme, du riz, de la bière, puis de la formation en médecine dans les établissements privés, etc.

Interdire les importations : du populisme destructeur

Au mois de juillet dernier, plusieurs manifestations ont eu lieu au Zimbabwe suite à l'interdiction d’importation de certains produits de première nécessité (céréales, eau en bouteille, fèves au lard et produits laitiers). Les produits ciblés sont pourtant une bouée de sauvetage pour l'économie informelle du pays et pour les consommateurs. Comment expliquer ce choix politique ?

Aidez les chômeurs. Laissez-les juste travailler !

Sortir les chômeurs du carcan juridique du travail, leur permettre de conclure des contrats de travail avec l’employeur de leur choix, aux conditions de leur choix, et au salaire qu’ils jugent acceptable, est la manière la plus simple, la plus rapide et la moins coûteuse pour permettre à des milliers et des milliers de chômeurs de trouver un emploi. Le chômage est une urgence nationale qui doit être traitée avec la plus grande urgence. Pour aider, les chômeurs laissez-les travailler!