Derniers billets

Afrique du Sud : ouverture du ciel et décollage du tourisme

En 2013, Israël avait signé un accord «Ciel ouvert» (Open sky) avec l'Union Européenne. Les objectifs étaient d'augmenter le nombre de compagnies aériennes étrangères opérant dans le pays, accroître le nombre de routes desservies, réduire les tarifs et stimuler le tourisme. Depuis, le nombre total de billets internationaux d'Israël a augmenté de 46% entre 2012 et 2016, passant de 6 441 569 à 9 399 299. La capacité a encore augmenté pour atteindre un record de 11 041 535 en 2017[1]. Imaginez ce que Open Sky pourrait apporter à l'industrie du tourisme en Afrique du Sud !

Afrique : comment booster l’entrepreneuriat local ?

Nous connaissons tous les aspects négatifs d’un taux de chômage élevé : stagnation économique, augmentation de la criminalité et, dans les cas plus importants, des conflits déstabilisant qui peuvent survenir. Ainsi, permettre aux Africains d’avoir un travail est de la plus haute importance pour la stabilité économique et politique du continent.

L’Algérie en roue libre ?

En dépit de ses richesses naturelles, l’Algérie connait des problèmes de développement et d’inégalités récurrents. C’est grâce à la redistribution des revenus des ressources des hydrocarbures aux populations que le pouvoir évite les soulèvements et maintient son "système", comme l'appellent les Algériens. En 2014, la chute du prix du baril de pétrole a amplifié la situation de détresse du pays. Fin 2017 le gouvernement a lancé une stratégie de la planche à billets afin de boucher les déficits, payer les fonctionnaires et continuer ses redistributions hypnotiques. Le gouvernement devrait surtout engager des réformes mais, la remontée des cours de l’or noir au printemps 2018, combinée à la planche à billets, semble lui avoir redonné une marge de manœuvre pour maintenir le statu quo… avant les élections d’avril 2019.

La zone de libre échange africaine au secours de millions de pauvres

Récemment les pays africains ont créé, signé et ratifié la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). Cet accord est l'un des plus importants efforts de libéralisation commerciale depuis la création de l'Organisation mondiale du commerce en 1995. Le 1 juillet dernier, lors du 31ème Sommet de l'Union africaine (UA) à Nouakchott en Mauritanie, le nombre total de signataires de la ZLEC a atteint 49 parmi les 55 États membres de l'Union africaine (UA). Peut-on dire que le libre-échange est devenu le courant dominant de la politique africaine?

Afrique : la liberté de presse confisquée !

L’édition 2018 du classement de Reporters Sans Frontières a mis en évidence une situation très mitigée de la liberté de la presse en Afrique. Pendant que des pays comme le Ghana, la Namibie et l’Afrique-du-Sud et quelques autres ont des scores louables, le reste du continent demeure encore marquée par une presse peu libre. Un constat qui reste identique à celui de ces dernières années. Qu’est-ce qui enclave tant la liberté de la presse  en Afrique ?