Tradition

La dot au Ghana: un moyen d’aliénation des femmes ?

La dot est-elle une aliénation de la femme en Afrique?

Le mariage est une institution commune à toutes les cultures. Très souvent, cela s'accompagne de transferts, dans la plupart des cas sous forme de paiements, entre les familles de l'époux et de l'épouse. Ces paiements peuvent être classés en deux catégories: la dot dans les pays asiatiques qui implique des paiements effectués par la mariée au marié et à sa famille ; et la dot en Afrique (« prix de la mariée »), où  c’est le futur époux et sa famille qui paient à une future épouse et à sa famille. Historiquement, le paiement du prix de la mariée servait à valider les mariages coutumiers dans la plupart des sociétés africaines. Il a renforcé les nouveaux liens familiaux créés par le mariage et légitimé les enfants nés de mariages.

Chefferie traditionnelle en Afrique : vecteur de bonne gouvernance ?

La chefferie traditionnelle peut améliorer la gouvernance en Afrique

Le leadership traditionnel a été considéré dans de nombreuses communautés africaines comme non démocratique et androcentrique. De nombreux auteurs ont fait valoir que la gouvernance traditionnelle ne tenait pas compte des intérêts des femmes et ne renforçait pas leur implication dans la gouvernance. En dépit de cette idée dominante, le leadership traditionnel peut être intégré avec succès dans l'architecture de gouvernance moderne de l'Afrique. Pourquoi?

L’Afrique de nos rêves…

Beaucoup d'Africains ont oublié qu'ils sont africains! Pour qu’ils arrivent à trouver des solutions aux problèmes qu’ils subissent, ils doivent en comprendre les causes profondes, et appliquer des solutions locales appropriées. La cause fondamentale des pires problèmes réside dans la lutte pour le pouvoir politique, exacerbée par les héritages du colonialisme. Celui-ci fait  maintenant partie du passé. Parmi cet héritage, ce qui mérite notre attention est de comprendre l’origine des conflits qui minent le continent. Nombre d’entre eux sont liés au fait que les Africains ont oublié qu'ils sont africains.