Terrorisme

Lutte contre Boko Haram : stopper la radicalisation

Le 22 décembre 2014, l’un des camps d’instruction du groupe islamiste Boko Haram a été démantelé au nord du Cameroun, dans la localité de Guirvidig, la secte recrutait des enfants âgés de 7 à 12 ans pour leur apprendre l'islamisme radical et le djihadisme. Le spectacle est intenable. Pendant que les uns meurent, d’autres se font recruter même volontairement. Le 28 décembre 2014, c’est plus d’un millier de jeunes radicalisés qui ont accompagné la secte islamique dans l’envahissement du camp militaire camerounais d'Achigachia et le hissage de leur drapeau dans la localité. Les seules stratégies militaire et judiciaire sont-elles suffisantes pour lutter de façon efficace et efficiente contre Boko Haram ?

Nigéria : Au-delà du Hashtag #BringBackOurGirls

L'économiste Milton Friedman, lauréat du prix Nobel, disait que « la meilleure façon pour résoudre les problèmes consiste rendre politiquement profitable pour les mauvaises personnes de faire la bonne chose ». Cette déclaration résume bien ce que la campagne #BringBackOurGirls tente d'accomplir. Quand les filles seront enfin secourues, le gouvernement nigérian est susceptible de devenir lyrique sur son engagement pour la sécurité nationale, mais rappelons que ce fut le même gouvernement qui a choisi le silence quand il fallait agir.

Nigéria : Terrorisme et échec de la force

Le gouvernement nigérian a été la dernière institution à prendre position sur le massacre de Baga. Ce dernier constitue une débâcle et une honte pour toute société digne de ce nom, et n'aurait jamais arriver. Ce qui est arrivé à Baga est un crime contre l'humanité.