Gouvernance

Etat de Benue au Nigeria : Privatisation ou copinage ?

La pertinence de l'investissement public en infrastructures a été une question problématique au Nigeria depuis l'indépendance, en raison de la pression croissante sur les gouvernements d’assurer un développement social et une croissance économique rapides. En conséquence, que ce soit les gouvernements passés ou présents, ils ont dépensé d'énormes ressources financières dans ces infrastructures par le biais de subventions annuelles octroyées aux entreprises publiques. Ces entreprises continuent pourtant d’enregistrer d'énormes pertes dues à la grosse inefficacité, les pillages massifs et la non-rentabilité. Tous ces facteurs ont fait de la plupart des infrastructures une « dette-actif » renouvelable. La privatisation des ces structures permettrait-elle de sortir du gouffre ?

Côte d’Ivoire : les raisons cachées de la hausse des tarifs de l’électricité

Le conseil des ministres du 20 mai 2015 a décidé de réviser à la hausse le tarif de l’électricité à usage domestique. Avant cette décision, le prix du kilowattheure (kWh) était de 36,05 FCFA pour les consommations d’électricité inférieures à 80 kWh, et de 73,99 FCFA pour les consommations au-delà de 80 kWh.

Le Nigéria sous Buhari : Réalités, espoirs et obstacles

Le projet de loi sur l'information publique (PIB), devrait contraindre l'administration de Buhari à instaurer la transparence dans les institutions et dans les dépenses budgétaires à tous les niveaux du gouvernement, avec l'espoir que le parlement traite rapidement ce projet de loi. L’adoption de cette loi devrait donner une impulsion morale à toutes les branches du gouvernement, y compris au pouvoir judiciaire pour qu’il juge les affaires avec circonspection, et qu’il soit juste et honnête, en particulier lorsqu’il s’agit de rendre justice aux personnes sans défense.

Cameroun : Remédier à la sous-utilisation du budget d’investissement public

Depuis plusieurs années maintenant, le Cameroun est confronté à une sous-utilisation grave de son Budget d'investissement public (PIB). Les fonds alloués à l'investissement public au Cameroun ont été curieusement sous-utilisés alors que l'Etat peine sous le fardeau de graves problèmes de développement et d'infrastructure. En 2013, le taux d'exécution a été plus faible en raison de la mise en place d’un système de budget dont le modus operandi n'a pas été bien compris par de nombreux agents de l'État.

Les cinq réformes nécessaires dans l’administration publique en Afrique

L'absence de reddition de compte et la montée de la gabegie dont fait preuve l'administration publique en Afrique est contraire aux principes de management public applicables en démocratie. Les nominations, les affectations, les attributions de marchés publics, les recrutements, sont plutôt des outils de rétribution des « soldats électoraux ». Cette logique de rente électoraliste qui bloque les ascenseurs sociaux s’oppose à la logique de création de valeur qui conduit au développement. La question est de savoir si l’Afrique peut se permettre de continuer dans ce sens. Quelles réformes administratives seraient nécessaires pour accompagner le développement et la démocratisation du continent?