Gouvernance mondiale

Tchad-Israël : les dessous d’une relation controversée

Déby et Netanyahou ss serrent la main- Dessous-relation-controversée

Via un mémorandum signé à N’Djamena dimanche 20 janvier 2019 entre le Premier ministre israélien et le Ministre tchadien des affaires étrangères, le Tchad et l’Israël rétablissent leurs relations après plus de 46 ans de rupture. La visite du Président Déby en Israël en novembre 2018 a déjà soulevé de nombreuses interrogations quant aux raisons qui pourraient justifier ce rapprochement. L’arrivée de Netanyahou à N’Djamena ne fait que raviver la flamme avec la signature de ce mémorandum. Au delà des raisons officielles, que pourrait cacher le rétablissement de ces relations ?

Soudan : soutien coupable des Arabes et Occidentaux !

Jour après jour, les Soudanais intensifient leurs protestations contre le régime d'Omar El Béchir. Le Président, qui a lui-même pris le pouvoir en 1989 après avoir mené un coup d'Etat, est confronté au plus grand défi de ses trois dernières décennies au pouvoir. La fureur provoquée par la forte augmentation du prix du pain et du carburant et les allégations de corruption ont attisé la colère populaire.

Comment l’OIF a été instrumentalisée par la France?

Dès la fin de cette année, la canadienne Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie depuis 2014, cédera son fauteuil à la ministre des affaires étrangères rwandaise Louise Mushikiwabo. Cette dernière a été élue le 12 octobre 2018 lors du 17ème sommet de l’institution qui s’est déroulé à Erevan. Une élection qui a surpris plus d’un. Mais encore plus surprenant fut le soutien apporté par la France à la candidature de la ministre rwandaise. Alors pour beaucoup, l’OIF originellement un instrument de promotion culturelle, est devenu  un instrument politique aux mains de la France. Qu’en est-il vraiment ?

La faillite du leadership américain

Les partisans d'un leadership mondial américain fort sont en train de vivre une mauvaise décennie. L'élection de Donald Trump a clairement été un appel au réveil de l'establishment de la politique étrangère à Washington. À la différence des décennies de consensus bipartite qui positionnaient les États-Unis en «nation indispensable», Trump semble être indifférent à la place de l'Amérique dans le monde.