Monde

Islam originel et naissance du capitalisme

Les Arabes se sont fait d'abord un nom dans les affaires ; leur réputation pour le zèle religieux n’est venue que plus tard. Les Arabes se sont constitués une réputation de commerçants de longue distance et d’investisseurs preneurs de risque bien avant l'avènement de l'Islam. La propagation de l'Islam a sans doute été une opportunité pour la propagation du capitalisme et de la mondialisation. Ce n'est guère surprenant, si l’on sait que l'Islam est la seule religion au monde dont le fondateur avait une expérience dans le commerce et descendait d'une longue lignée de marchands.

Pourquoi ne pas aider la liberté plutôt que des autocrates ?

Les occidentaux qui compatissent avec les ukrainiens pourraient être surpris d’apprendre que le gouvernement américain soutient des autocrates soutenus par la Russie, contre l’opposition, dans d’autres pays qui faisaient autrefois partie de l’Union soviétique.

La monnaie virtuelle - réelle

On se moquait du “monde virtuel de la finance”. Une machine régulée par les banques centrales et huilée par des monnaies émises par elles. Maintenant que leur monopole d’émission monétaire est contesté par des monnaies numériques, elles les accusent d’être des “monnaies virtuelles”. Mais le crédit créé par le banquier en tapant sur un clavier d’ordinateur n’est-il pas une monnaie virtuelle ? Depuis que le système monétaire international a abandonné l’étalon-or pour adopter la monnaie-papier, il est entré dans le monde virtuel de la monnaie.

Pourquoi l'économie de développement a laissé tomber les pauvres

Il y a plus d'une décennie, le livre de William Easterly, « la recherche insaisissable de la croissance » (The Elusive Quest for Growth), créait un certain émoi au sein des économistes. Ancien économiste à la Banque mondiale, Easterly a soutenu que pratiquement aucune des solutions à la mode au problème de sous-développement, généralement financées par l'aide (investissement dans les infrastructures, l'éducation, les politiques industrielles), n’a produit les résultats escomptés. En effet, le développement est le résultat des institutions

Pourquoi tant de pauvres ne peuvent-ils pas améliorer leur sort ?

Alors que l'église et les moralistes chrétiens ont toujours parlé des riches et des pauvres, et ont condamné ceux qui ont mis la fortune, ou tout autre chose, au-dessus de la vie éternelle, ce n'est qu’au 20ème siècle que les autorités de l'église ont commencé à faire fréquemment des déclarations sur le nombre des riches et des pauvres.