Monde

Les entrepreneurs pour améliorer l’enseignement

Le secteur de l'éducation a le potentiel de devenir le plus grand domaine d’investissement sur les marchés boursiers du monde entier. Cependant, pour que cela se produise, les gouvernements devront renoncer à leur domination et à leur contrôle de l'éducation.

La pauvreté mondiale divisée par deux : à qui revient le mérite ?

Le monde a réduit de moitié l'extrême pauvreté lors des deux dernières décennies, faisant passer son taux de 36% en 1990 à 18% en 2010. Selon la dernière édition du rapport d'étape de l'ONU sur les OMD (2014), le premier objectif, et peut-être le plus important de tous, à savoir «  réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de personnes dont le revenu est inférieur à 1,25 dollar par jour », a été atteint cinq ans en avance par rapport à l’échéance 2015. Ledit rapport « réaffirme que les OMD ont fait une différence profonde dans la vie des gens ».

La liberté économique dans le monde recule sensiblement.

La Finlande se classe première au sein de l’UE. Le lien entre liberté économique et prospérité est indéniable.

Le Rapport mondial sur la liberté économique 2014 a été lancé à Bruxelles le 7 Octobre lors d’un événement organisé par la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté et l’Institut Fraser. Olli Rehn, vice-président du Parlement européen, a introduit le rapport avec quelques remarques sur la liberté économique en Europe.

Les chauffeurs de taxi doivent servir les usagers et non courtiser les régulateurs

Les autorités de transport en Virginie (USA) ont récemment publié une ordonnance d’arrêt d’activité pour protester contre Uber, une application mobile qui permet aux utilisateurs de réserver et payer des conducteurs privés. Ce n'est pas la première tentative d'interdire un service de plus en plus populaire. Créé en 2009, Uber est aujourd'hui représenté dans 37 pays et a récemment été évalué à plus de 18 milliards de dollars.

Les sept pêchés capitaux de la concurrence ?

Souvent stigmatisée, rejetée, décriée, la concurrence cristallise de nombreuses peurs associées à l’économie du marché et au capitalisme. Ces craintes atteignent leur paroxysme surtout quand on associe la concurrence à la loi du plus fort, à l’immoralité du compétiteur opportuniste, à l’injustice subie par le perdant. Bref, on n’hésite pas à rejeter la concurrence, la malaimée ! Pourtant personne ne se gêne pour profiter de ses bienfaits quand il s’agit d’acheter moins cher, de consommer des produits de meilleure qualité, et de profiter des innovations.