Monde

La liberté économique : véritable antidote aux inégalités

La publication par Thomas Piketty de son bestseller «  Le Capital au XXIe siècle » a conduit à attirer l'attention sur l'écart croissant entre riches et pauvres, et à multiplier les appels populistes au gouvernement pour redistribuer les revenus et la richesse. Les pourvoyeurs de cette rhétorique occultent le fait que lorsque l'État c’est l’Etat qui lisse les différences de revenus, la liberté économique est érodée. La réalité est que : la liberté économique est le véritable moteur de progrès pour tous les peuples.

Inégalités : Osons regarder les choses en face.

Les inégalités font l’objet d’un vif débat chez les Démocrates américains ces derniers temps. Bien sûr, il était sans surprise que Bernie Sanders, se décrivant lui-même comme socio-démocrate, dénonce le « principe capitaliste par lequel si peu ont beaucoup et beaucoup ont si peu ». Il a été épaulé par Hillary Clinton, qui a promis de remédier aux divisions qui existent « parce qu'il y a trop d'inégalités ». Et Martin O'Malley de s’inquiéter, « notre classe moyenne se rétrécit ... les pauvres sont encore plus pauvres ». Même Lincoln Chafee « voulait lutter contre l'inégalité des revenus ».Ce discours sur la guerre des classes est très populiste. Malheureusement pour les candidats, les dernières études font ressortir que leur thèse est fausse.

L’aide aux pays pauvres empêche leur développement

L’éducation que j’ai reçue enfant en Écosse m’a disposé à voir les policiers comme des alliés à qui je pouvais demander de l’aide quand j’en avais besoin. Imaginez ma surprise lorsque à l’occasion de ma première visite à 19 ans aux Etats-Unis, j’ai été abreuvé par un flot d’injures de la part d’un policier dirigeant la circulation à Times Square et à qui j’avais demandé se trouvait la poste la plus proche. Dans mon désarroi, j’ai mis les documents urgents de mon employeur dans une poubelle qui, à mes yeux, ressemblait à une boîte aux lettres.

Recul de la pauvreté et libre marché : un duo gagnant

Malgré la récente récession en Occident, la pauvreté absolue continue à reculer dans les pays en développement à croissance rapide. La sortie de la pauvreté qui était autrefois l’apanage des pays occidentaux est désormais à la portée du reste du monde. Selon un communiqué publié récemment par la Banque mondiale, « moins de 10% de la population mondiale seulement vivra dans la pauvreté extrême d'ici la fin de 2015 ».

Après l'Etat-Providence

L’infatigable Tom Palmer, vice-président d’Atlas Foundation, ne cesse de parcourir le monde afin de diffuser les idées libérales aux moyens de conférences et de livres. Ainsi vient-il de publier After the Welfare State, un ouvrage collectif de démolition – avant travaux – des structures de l’État-providence.