Bénin

Bénin : attention au cercle vicieux de l’endettement !

Le 16 octobre 2018, un communiqué de presse du Ministère de l’économie et des finances du Bénin annonçait la levée par le gouvernement d’une somme de 260 millions d’Euros (environ 171 milliards de Francs CFA). Cette opération menée au motif de financer laréduction du poids du service de la dette et d’actions sociales prioritaires n’est pas la première du genre. Si à première vue l’opération semble traduire la crédibilité du Bénin auprès des créanciers, relève-t-elle pour autant du bon sens?

Bénin : Concours d'essai "Écrire la liberté"

Libre Afrique Bénin organise grâce au généreux soutien de la Fondation Atlas, la 1ère édition du concours d’essai   des « ambassadeurs de la liberté ». Ce concours est ouvert aux étudiants, jeunes professionnels, acteurs de la société civile âgés de moins de 35 ans.

Bénin : Comment dompter les « éléphants blancs »?

Le 07 mai dernier, de la tribune du Parlement, le ministre du cadre de vie, José Didier Tonato, a présenté le rapport de l’audit technique, juridique et financier du chantier de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale, démarré en 2008. Le document lu devant les députés révèle de graves irrégularités. A ce jour, le chantier est inachevé et irrécupérable. Comment expliquer ces scandales à répétition dans le pays et que faire pour arrêter la saignée ?

Bénin : les dangers du marché de l’essence de contrebande

La nuit du 4 au 5 octobre 2017, le 5ème arrondissement de Porto-Novo, capitale du Bénin, a été le témoin d’un énième incendie ravageur qui a fait deux morts, des blessés et une dizaine de maisons réduites en cendre. A l’origine de ce drame, un camion transportant de l’essence de contrebande en provenance du Nigéria. Pourquoi un tel trafic dangereux persistet’il ?

Téléphonie mobile au Bénin: un secteur sans vraie concurrence

Le 03 juillet dernier, les sociétés de téléphonie mobile MTN et GLO ont écopé d’une amende correspondant à 0,3% de leurs chiffres d'affaires respectifs, pour n’avoir pas respecté leurs cahiers des charges. Cette décision intervient dans un contexte de ras-le-bol des abonnés qui croient à tort que c’est la faute à la libéralisation du secteur. Qu’en est-il réellement?