Asmaa Bassouri

L’expérience marocaine de justice transitionnelle: quel bilan?

Louangée par certains comme étant une expérience méritoire, car sans précédent dans l’histoire tourmentée du Maghreb et de l’Orient, l’Instance Equité et Réconciliation (IER) au Maroc n’en demeure pas moins critiquable. L’inauguration le 05 septembre 2016 d’un cimetière à la mémoire des victimes des émeutes de la faim de juin 1981, nous offre l’occasion de revenir sur son bilan: a-t-elle permis une véritable «transition»?

Tunisie : « Révolution trahie » ?

Premier pays à avoir déclenché l’étincelle du printemps arabe, la Tunisie sera souvent citée comme exemple de réussite. Son évolution durant la période postrévolutionnaire, suscitera beaucoup d’espoirs, tant parmi la population locale que les doctrinaires et observateurs internationaux. Cependant, une avalanche d’atteintes tant de jure que de facto aux droits et libertés fondamentaux, fera planer une crainte générale d’un retour vers l’autoritarisme.

Pédophilie au Maroc : une justice coupable !

Dans un rapport récemment publié par la COCASSE (Coalition Contre les Abus Sexuels Sur les Enfants), les autorités marocaines ont été vivement interpellées par une pédophilie peu réprimée. Pas moins de 70 enfants sont abusés sexuellement, chaque jour au royaume les affaires de pédophilie deviennent légion : des cas hautement médiatisés à l’instar de l’affaire Daniel Galvan (Août 2013), jusqu’aux nombreuses affaires régulièrement relayées par la presse nationale. Pourquoi la pédophilie se perpétue-t-elle au Maroc ?

L’urgence de respecter le corps des femmes africaines !

Fléau de portée mondiale, les violences à l’égard des femmes ne connaissent a priori aucune frontière géographique. Leur ampleur prend toutefois un relief particulier en Afrique, ce que plusieurs statistiques alarmantes viennent confirmer. L’OMS estime à des millions le nombre de femmes africaines violentées, surtout dans le milieu conjugal, avec un taux de 41,6% en Afrique subsaharienne et 65,5% en Afrique centrale.

La société civile tunisienne : un modèle ?

La société civile tunisienne : un modèle ?

Malgré de nombreux obstacles auxquels la Tunisie doit encore faire face, elle demeure incontestablement le pays du printemps arabe qui s’en sort le mieux. La société civile tunisienne a largement pris part à la construction «post-révolution» du pays. Ses efforts seront solennellement salués, et ce par l’octroi du prestigieux prix Nobel pour la paix au «quartet» du dialogue national. Quels enseignements pouvons-nous bien tirer d’une telle consécration?